FESTIVAL D'ORGUE
DE MASEVAUX



Une autre façon d'entendre et de vivre l'orgue en Alsace

LES ORGUES DE MASEVAUX, DE 1842 A NOS JOURS

 

 

L’Orgue en Alsace au XIXe siècle

 

« L’essor de la paysannerie alsacienne au début du XIXe siècle eut des répercussions en tous les domaines de la vie sociale : l’industrie en profita, de même que les superstructures culturelles : on reconstruisit beaucoup.

La vie religieuse s’épanouit de façon remarquable : en ce XIXe siècle que l’on se plaît à qualifier de matérialiste, le peuple alsacien a construit ou reconstruit la plupart de ses églises, et a dépensé des sommes considérables pour leur ameublement : autels, chaire, bancs, stalles, orgue. Sans empiéter sur le théologien, l’historien constate qu’au XIXe siècle, en Alsace, la nécessité de l’orgue pour les besoins du culte est universellement reconnue par la population ; l’exigence de l’orgue ressort de centaines de délibérations de conseils municipaux, et elle est admise sans difficultés ni objections par l’autorité préfectorale.


L’orgue est un objet « indispensable », « très nécessaire », « très urgent », « de nécessité impérieuse ». La compétition s’en mêle : telle commune veut avoir un orgue plus beau que la commune voisine. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que l’Alsace soit devenue le « pays des orgues », selon l’expression de Cavaillé-Coll, un pays, où chaque église, jusque dans les plus petits villages, possède un orgue. Cette mentalité, du reste, n’est pas morte de nos jours, malgré certaines tendances antagonistes : n’est-il pas admirable qu’une église dépense plusieurs millions pour qu’un organiste bénévole puisse accompagner d’un doigt le « Credo » d’une messe dialoguée ? On dispose encore des doublettes et même des nazards, mais les registrations prescrites à l’organiste, sur un carton collé dans la console, en interdisent l’emploi ; on dispose un pédalier par tradition ou routine, mais les marches en sont garnies de toiles d’araignée.

Il ne faut pas se faire d’illusions sur la valeur moyenne de ces orgues : des marchands de bois, munis d’experts amateurs s’en sont mêlés, et la furie rénovatrice – « das verbesserungswütige Jahrhundert » selon l’expression de Frotscher – a causé beaucoup de dégâts dans les vieux instruments. L’Alsace est encore le pays des orgues ; mais c’est dans la première moitié du XIXe siècle qu’elle est devenue, et ceci est dû, pour une très grande part, à la présence à Rouffach, de l’entreprise Rabiny-Callinet ».

 

Pie Meyer-Siat

« Les Orgues Callinet de Masevaux », 1962

 

 

 

 

 

Cliquez sur les liens suivants pour voir chaque orgue spécifiquement

 

L’orgue Callinet

 

L’orgue de chœur

 

Le grand orgue